Qu’est-ce que faire de la politique ?

Aujourd’hui on entend tout et son contraire. Je vais tenter d’expliquer ce que pour moi c’est, faire de la politique. Je risque d’être à contrecourant de beaucoup d’idées qu’on entend aujourd’hui. Mais je pense que c’est une réflexion vitale pour la période qui est couramment appelée un « tournant dans la vie politique ».

La politique c’est d’abord des idées, des valeurs que l’on souhaite faire connaître, développer. C’est pour cette raison que j’ai rejoins le PS il y a quelques années. Je trouvais les valeurs et les principes qu’il défendait les plus proches des miens. Les méthodes aussi : les idées avant les personnes, contrairement au principal parti de droite qui fait l’inverse depuis des années avec Chirac.

Faire de la politique et s’engager dans un parti c’est défendre des idées auprès de nos concitoyens pour les convaincre que nos idées sont les meilleures, que ce qu’on propose est bien pour eux. Bien-sûr, il faut les associer au diagnostic, connaître leurs problèmes, leurs attentes. Mais sur les grandes orientations et les idées principales, ça doit être débatu et décidé au sein même du parti. Si les concitoyens souhaitent participer aux décisions, qu’ils s’engagent… Il y a de la place pour tout le monde. Mais attention, s’engager dans un parti ce n’est pas seulement voter pour un candidat dans une élection interne, c’est aussi débattre des grands thèmes avec les autres et faire progresser nos idées.

Faire de la politique, c’est combattre les idées que l’on considère comme mauvaises. j’entends partout « il faut battre la droite » comme but des élections à venir, on dirait presque que c’est l’ultime but. j’entends aussi « il faut absoluement garder cette mairie à gauche ». Ça aussi on dirait que c’est l’ultime but. Mais enfin!! Cette mairie doit rester à gauche si la gauche a des idées pour elle! Si nous avons un bon programme et de bonnes idées, les électeurs nous choisieront. Et c’est la même chose à tous les niveaux. Aujourd’hui le simple fait d’entendre quelqu’un dire « il faut battre la droite » m’énerve. Il faut dire « il faut que nos idées de gauche gagnent! »