Régionales, mon avis sur le résultat

La gauche a fait un bon score lors de ces élections et on peut s’en réjouir. La gauche, et le PS, mon parti, redevient une valeur crédible qui mobilise plus de la moitié des votants. C’est encourageant pour la suite et les prochaines échéances nationales.

Ces élections me laissent pourtant un gout amer. Ceci pour deux raisons.

La première concerne bien évidemment la participation, et la faible mobilisation. Après quelques lectures et une réflexion personnelle, pour moi, cela s’explique d’une part par le manque d’enjeu : les résultats étaient connus d’avance, la seule inconnue était l’ampleur de la déroute du parti de Sarkozy. C’est quand il y a du « suspense » que les gens se bougent car ils ont l’impression de réellement participer à quelque chose. Le manque d’enjeu était lié aussi au caractère régional de l’élection : les gens ne connaissent pas ou peu le rôle de ces instances régionales. Je trouve qu’on a loupé là une belle occasion de faire de la pédagogie. D’autre part, l’abstention peut aussi s’expliquer par le manque d’alternative crédible à l’UMP dans la droite modérée. Si on est de droite, et qu’on est exaspéré par Sarkozy, quel choix a-t-on? S’abstenir et rien d’autre. Ou alors il reste le FN mais on sort de la droite modérée (mais ceci explique la remontée du parti de Le Pen)

La deuxième raison est plus locale : Nanterre n’a plus de représentant au conseil régional. Nous avions jusque là Marie-Laure Meyer qui a fait un boulot de fond et une communication sans faille sur ses actions et celles du conseil régional. Cette communication avait l’avantage de rendre cette instance bien moins obscure avec des éléments concrets d’information pour notre quotidien. Elle était aussi représentante du conseil régional à l’EPAD (Etablissement Public d’Aménagement de la Défense qui défrayé la chronique lorsque sarkozy fils avait voulu en faire son fief).

Et bien cela est fini. J’ai même appris ce soir par cet article que ni dans les élus UMP, ni dans les élus de gauche, aucune commune de la défense n’est représentée. Le représentant du conseil régional à l’EPAD ne sera donc pas un habitant concerné et c’est bien dommage. Pour l’UMP je n’en connais pas les raisons, mais du coté du PS, si Nanterre n’est pas représentée c’est parce que cette ville n’est pas une « terre de conquête ». Elle est abandonnée par les instances fédérales et nationales pour des raisons d’accord national avec le parti communiste. Le parti socialiste local est donc sacrifié sur l’autel des accords électoraux. Ceci a pour conséquences qu’il est livré à lui-même et qu’il est aujourd’hui moribond et empêtré dans ses conflits internes qui n’en finissent pas, pour le plus grand bonheur de ses partenaires de gauche et en particulier de l’équipe du maire (que je n’ose plus appeler parti communiste) qui joue de la division en particulier dans le groupe d’élus pour régner sans partage.

Et l’avenir ? Je ne parlerai pas de Nanterre, car je le vois sombre : au mieux cette ville reste aux mains du maire actuel, au pire elle finit par basculer à droite par faute de remise en cause nécessaire. Tant que le PS local ne se sera pas trouvé un vrai leader qui saura rassembler (et pas diviser ou pire, laisser indifférent) il sera incapable de passer pour une alternative crédible à l’équipe en place (la bonne preuve, c’est que pour toutes les autres élections qui ne sont pas locales, c’est le PS qui est largement en tête, comme quoi cette ville n’est pas communiste, mais bien de gauche, et ne fait que répondre au clientélisme de l’équipe en place)

Au niveau national, malgré ce que je pouvais dire en introduction, je crains que cette élection régionale n’ait aucune signification pour les prochaines échéances électorales. Cette élection régionale n’était peut être qu’un signal, un signe de mécontentement, comme souvent pour les élections intermédiaires. Mais ceci ne signifie pas que pour une élection « d’importance » (dans la tête des gens), ils garderont cet état d’esprit. Les élections régionales de 2004 le montrent bien par rapport aux échéances nationales de 2007…

Et oui, je ne suis pas optimiste sur l’avenir…