Pourquoi j’ai choisi DSK

Le choix d’un candidat est d’abord un feeling, un ressenti. On sent quand le courant passe, quand les idées se rapprochent. Avec Strauss-khan il y a eu tout ça, ses idées me plaisent, le personnage accroche, le ressenti est là.

L’émotion est une part importante dans le choix de son candidat… Pour les présidentielles cela a toujours été. Mais il n’y a pas que ça. Il y a les idées, les priorités. Le projet est socialiste sans aucun doute, mais il y a aussi la manière de le mettre en oeuvre, et chaque candidat à la sienne. Le principe de Social-Démocratie me plait, me convient tout à fait. Cet objectif de social (si cher à la gauche) avec la méthode démocratie représente pour moi la politique à mettre en oeuvre pour la société de demain : privilégier les accords, les négociations dans tous les domaines (travail, politique, etc…) faire des compromis avec ses partenaires. Instaurer tous ces principes dans notre république afin de la rendre plus juste et plus proche des citoyens.

Enfin, il y a le personnage. Sa personnalité, son expérience, me font penser que c’est la personne la plus apte à faire face au candidat de la droite surtout si c’est Sarkozy. Mener un débat avec cet homme sera un jeu risqué mais nécessaire. Je crois sincèrement que seul Strauss-Kahn aura la compétence, la répartie, le sang-froid pour répondre, contre-attaquer et montrer les faiblesses et les contradictions de son adversaire politique. Puis il y a le rôle de président de la république. Il faut y mettre quelqu’un d’expérimenté, de reconnu pour ses compétences politiques y compris au niveau international, quelqu’un qui ait la carrure nécessaire de la fonction. Et là encore, je ne vois personne d’autre que Strauss-Kahn.

Un choix de candidat est donc émotionnel, irrationnel et à la fois réfléchis et posé. Ce n’est pas un sondage qui doit dicter son opinion. Un sondage n’est qu’une vision de l’opinion publique à un instant donné. Cette opinion change, le passé nous l’a déjà démontré. C’est pour cette raison, qu’il faut faire son choix en âme et conscience, en tenant compte de son environnement certes mais en se faisant sa propre opinion.